Parc Naturel Régional des Monts d'Ardèche

Volcans des sucs

Retour à la liste

Rocher de Brion

Rocher de Brion

Le rocher de Brion est un dyke basaltique. Un dyke est une barre rocheuse, qui se crée lorsque du magma s'engoufre verticalement dans une faille au sol. Il culmine à 918m et domine les vallées de l'Eyrieux et de son affluent, la Dorne. Géologiquement rattaché au massif Mézenc-Gerbier, il a été dégagé du socle granitique par l'érosion, des éboulis importants sont observés de part et d'autre du dyke.

Vers -10 millions d'années, la surrection (ou l'élévation en altitude) des Alpes a réactivé un certain nombre de fractures et de dislocations, et a favorisé le développement de l'activité volcanique dans le Massif Central : le rocher de Brion en constitue une des extrémités Est. La lave fluide d'une température d'environ 1200°c a profité d'une fracture dans les roches granitiques pour atteindre la surface, se solidifiant dans le conduit par lequel elle est passée.  On appelle ce dernier un « dyke ».

A partir de l'assèchement de la mer anciennement présente ici, le creusement des vallées dans les Boutières a progressivement érodé les reliefs qui, suivant le degré de résistance des roches ont entraîné un phénomène d'inversion de reliefs : les roches volcaniques, plus dures, se sont retrouvées mises en relief. Des conduits d'alimentation du volcanisme, comme par exemple le dyke de Brion, ont progressivement été déchaussés. L'érosion a dénudé les prismations issues du refroidissement de la lave. Le dyke forme un « mur » qui mesure environ 500m de longueur. Les orgues qui le composent sont d'inclinaisons assez variées ; en revanche, sur la partie Est du site, toutes les orgues sont verticales.

Une coulée se situe à l'ouest du site, un peu en aval du dyke. Elle forme une crête de montagne en inversion de relief par rapport à la vallée dans laquelle elle s'est épanchée. Le lien entre le dyke et cette coulée n'est pas avéré, car la composition de la roche diffère
Les épisodes de glaciations du Quaternaire sont à l'origine des éboulis qui cernent le rocher : de gros blocs de prismes se sont désolidarisé des parois, sont tombés, et se sont stabilisés en contrebas. Ces versants sont aujourd'hui recouverts par la végétation. L'érosion progressive du dyke au sommet a formé un replat sur lequel des habitations ont été retrouvées, datant pour les plus anciennes, du XIIe siècle.

Facile

80 m

3.6 km

Calculer votre itinéraire

Actualités

La demande de renouvellement du Géoparc vient de partir à l’UNESCO

La demande de renouvellement du Géoparc vient de partir à l’UNESCO

Le Parc des Monts d’Ardèche a obtenu le label « Géoparc mondial » en 2014 et il doit être renouvelé tout les 4 ans. Ce label témoigne...

La géologie et la ligne de partage des eaux

La géologie et la ligne de partage des eaux

A partir de l’été 2017, le parcours artistique « Le partage des eaux » révèlera des oeuvres d’artistes internationaux le long de cette...

12ème conférence européenne des Géoparks

12ème conférence européenne des Géoparks

Le Parc des Monts d'Ardèche était présent à la 12ème conférence européenne des Géoparks qui se déroulait du 4 au 6 septembre en Italie.

Voir toutes les actualités

Le Parc en images



Voir la photothèque